Clickez sur l'image pour agrandir

En détail, voici le relevé campanaire :

 

Le carillon comporte tout d’abord un ensemble ancien de 35 cloches Pieter Hemony et André-Joseph Vanden Gheyn. 16 cloches ont été réalisées par Vanden Gheyn en 1756-1757, 19 autres sont des Hemony que Vanden Gheyn aurait récupéré de l'abbaye d'Averbode (Zichem, Diest). Dans le dictionnaire des instruments de musique en Wallonie (Mardaga), l'hypothèse avancée est que la structure du carillon, installée en 1819-1821, proviendrait du démantèlement d’Averbode sous la révolution française. Cette structure a été complétée, en 1968 au plus tard, par 8 cloches complémentaires. Ces cloches ne sont pas toutes identifiées, bien que la littérature les définit comme des Eijsbouts. Je ne l'ai tout simplement pas constaté étant donné que pour certaines cloches, il faudrait faire de la lévitation 15 mètres au-dessus du sol. De ce que j'ai vu, il ne s'agit pas exactement d'Eijsbouts mais d'une collaboration entre Horacantus-Eijsbouts et Marcel Michiels. Vu la date de fonte supposée (1903), ce serait une Michiels Sr. Je me permettrais d'en douter vu la relative rareté de ces dernières d'une part, vu d'autre part qu'Eijsbouts avait pour filiale Horacantus dans les années 1950-1960 environ. Je penche donc pour Michiels Jr., 1903 serait une date de fonte et (1968 ? difficile à lire) la date de refonte. Cette collaboration m'était jusqu'alors inconnue. Vu la similitude des rinceaux, une bonne part des 8 cloches proviendrait de cette fournée Eijsbouts-Michiels. Un dernier indice : la fusion entre Horacantus et Eijbouts, qui a entraîné durant une période transitoire le double nom, se situe entre 1967 et 1969.

Le dictionnaire des instruments de musique mentionne que ces cloches Hemony auraient été fondues en 1661. Cette datation d'archive provient des recherches sur Averbode. Il s'agirait donc de François Hemony (datation et présence en Belgique cohérentes).

Autant la lignée Hemony que A.J. Vanden Gheyn sont des maîtres incontestés de la fabrication des carillons.

Le nombre d’instruments est important et la qualité exceptionnelle. Ce carillon est placé au-dessus de la cabine pour des raisons de manque d’espace. Il a une son d'une bonne justesse.

Les accès au carillon

© 2019 Trésor de la Collégiale Notre-Dame à Huy